Les vraies causes d

Les vraies causes d’échec d’un projet

Les vraies causes d’échec d’un projet


Les vraies causes d’échec d’un projet

Lorsqu’on effectue une recherche sur les causes principales d’échecs d’un projet, on tombe le plus souvent (et dans le meilleur des cas) sur les causes principales suivantes :
- Mauvaise communication
- Mauvaise estimation des couts, de l’échéancier ou des ressources
- Mauvaise gestion du changement
- Mauvaise définition du périmètre

En fouillant un peu sur la toile, on remarque que ces quatre causes avaient été mises en évidence par différents cabinets d’audit au milieu des années 90.

Mais trop souvent, on retrouve des causes assez fantaisistes. « Fantaisistes » dans le sens où l’on ne sait pas sur quelles données se basent les auteurs.

Mais encore aujourd’hui, ce sont ces mêmes causes que l’on nous assène. Et je dois bien avouer que ce modèle est celui que j’avais en tête jusqu’à… hier soir.

Alors que j’effectuais des recherches sur les KPI (ou indicateurs clés de performance), j’ai trouvé cette infographie :

KPI-infrographic

Pas particulièrement intéressant aux premiers abords sinon le schéma en haut à gauche.

En effet, la mauvaise communication n’était classée qu’en 6ème position ex aequo dans les causes d’échecs d’un projet.
Et KPMG (un des représentants du Big Five de l’audit) en était la source.
Mais surtout, il s’agit là d’un rapport récent datant de 2010.

Le rapport KPMG

Que dit le rapport sur les causes d’échecs d’un projet :
40% Changements de périmètre

36% Disponibilité des ressources
33% Deadlines non réalistes

28% Objectifs non clarifiés

20% Dépendance incertaine (« uncertain dependencies » dans le texte)

19% Communication pauvre

19% Echec de planification

18% Non engagement des clients ou utilisateurs

16% Manque de gouvernance
14% Manque de compétences au sein de l’équipe projet

10% Mauvaise estimation des couts et de l’échéancier

Certes, le rapport se base sur l’observation des entreprises néo zélandaises, mais sont elles à ce point différentes des nôtres ?
En 20 ans le monde a bien changé !



About the Author


Réussissez vos projets en respectant délais, coûts et qualité grâce aux méthodologies en Gestion de Projet. A propos de l'auteur: Karim Abdi.

9 Comments to “Les vraies causes d’échec d’un projet”

  1. Ah enfin une étude plus à jour merci !

    Je ne pense pas effectivement que cela change la face du monde que ce soit des entreprises en Nouvelle-Zélande (et je parle en connaissance de cause, sans bien évidemment connaître toutes les entreprises NZ).
    Mais la culture peut nuancer un peu les proportions.

    En tout cas, ça ressemble beaucoup aux principaux problèmes que j’ai pu observés dans les entreprises françaises.

  2. [...] Les vraies causes d'échec d'un projet  [...]

  3. [...] Lorsqu’on effectue une recherche sur les causes principales d’échecs d’un projet, on tombe le plus souvent (et dans le meilleur des cas) sur les causes principales suivantes : – Mauvaise communication – Mauvaise estimation des couts, de l’échéancier ou des ressources – Mauvaise gestion du changement – Mauvaise définition du périmètreEn fouillant un peu sur la toile, on remarque que ces quatre causes avaient été mises en évidence par différents cabinets d’audit au milieu des années 90.Mais trop souvent, on retrouve des causes assez fantaisistes. « Fantaisistes » dans le sens où l’on ne sait pas sur quelles données se basent les auteurs.Mais encore aujourd’hui, ce sont ces mêmes causes que l’on nous assène. Et je dois bien avouer que ce modèle est celui que j’avais en tête jusqu’à… hier soir.Alors que j’effectuais des recherches sur les KPI (ou indicateurs clés de performance), j’ai trouvé cette infographie  [...]

  4. Said Beghoul says:

    Parmi les facteurs de réussite il y a un peu le hasard (celui d’avoir une organisation adéquate). Je ne doute pas du rôle du chef de projet dans le boosting de cette réussite.
    Quant à l’échec du projet, il est à imputer au seul chef de projet si ce dernier à carte blanche (un vrai contrat de performance). Il est à imputer à toute l’organisation si le chef de projet est juste un coordinateur, sans pouvoir.

  5. AS says:

    Bonjour,
    Comment intérpréter le camenbert vu que le total des pourcentage dépasse de loin les 100% ?
    Merci.

    • Exampm says:

      Bonjour,

      Dans le document de KPMG (p4), il est indiqué que les questionnaires proposaient des réponses ouvertes ou à choix multiples.
      Voici pourquoi le total dépasse les 100%

      Cordialement

Leave a Reply